L’artisan

Depuis toujours, j’adore recevoir, j’adore être au fourneau pour surprendre les papilles gustatives de mes hôtes.

Frédéric Baivy

Quisuis-je?

Je suis né à Namur il y a 57 ans.

Issu d’une famille d’épicuriens, j’ai reçu l’amour du goût en héritage.

Très tôt, ma maman m’invitait aux fourneaux pour préparer avec elle les nombreux diners festifs organisés à la maison.
Quand à mon papa, que de moments complices nous avons passé ensemble dans la nature, à la cueillette des champignons de prairie ou à la chasse.
Nous nous extasions sur la beauté des arbres et humions avec délice l’odeur des sous-bois.
L’odeur divine des confitures planant en juin, juillet, août dans la cuisine de ma mère, le fumet de ses civets mijotés au vin rouge l’automne arrivant, la peau du poulet du dimanche croustillante sous la dent, les bougeoirs, cristaux et argenterie des couverts scintillants sur la table dressée devant l’âtre, il faisait vraiment bon vivre à la maison… J’étais comblé par cette éducation aux sens et cet art de recevoir.Je reste aujourd’hui un chercheur insatiable du beau et du bon.

Depuis toujours, j’adore recevoir, j’adore être au fourneau pour surprendre les papilles gustatives de mes hôtes.

A 38 ans, passionné de vin, j’ai suivi une formation en œnologie.

A 54 ans, motivé de découper avec davantage de soin les produits de ma chasse, je me suis inscrit à une formation de boucher-charcutier-traiteur et me suis pris au jeu, obtenant l’accès à a profession. J’ai pu ainsi laisser libre cours à l’imagination de mes sens, agrandissant avec bonheur l’éventail de mes préparations gustatives.

Ce plaisir de création de charcuteries et plats traiteurs ne cessant de grandir, j’ai choisi de lâcher mon premier métier de financier dans une société de bourse pour me consacrer à développer une gamme de produits riches en goût, favorisant le local et le saisonnier.